Logo EtudesBibliques.net

Études thématiques

Étude 04 – Miséricorde et justice dans les Psaumes et les Proverbes (Psaumes 9, 82 & 146, Proverbes 10, 22 & 30)

Copyright © 2019, Bruce N. Cameron, J.D. Toutes les références bibliques se réfèrent à la version Nouvelle Bible Second (NBS), 2002, sauf indication contraire. Des réponses suggérées sont placées entre parenthèses. Cette étude est publiée sur Internet à l’adresse https://www.etudesbibliques.net.
 
Introduction : « Justice » et « miséricorde » sont des mots en tension naturelle l’un avec l’autre. C’est justice que de vous donner ce que vous méritez. C’est (peut-être) miséricorde que de vous protéger de ce que vous méritez. En tant que bénéficiaires de la grande miséricorde de Jésus, nous devons faire attention à la façon dont nous appliquons ces deux concepts. Nous ne voulons pas que Jésus fasse preuve d’une grande miséricorde envers nous et que nous ne fassions pas preuve de miséricorde envers les autres. La question est toujours : « Qu’est-ce que la miséricorde dans cette situation ? » Voyons ce que nous enseigne la Bible sur la justice et la miséricorde !
 
I.  L’approche de la justice de Dieu en faveur de l’opprimé
 
1.     Lisez Psaumes 9.8-9 (version à la Colombe). Pourquoi Dieu a-t-il établi son trône ? (Pour le jugement !)
 
a.      Quel genre de jugement donne Dieu ? (Un jugement avec droiture. Cela signifie que Dieu est juste.)
 
b.      Notez les deux rôles de Dieu mentionnés dans Psaumes 9.9 (version à la Colombe). Dieu gouverne le monde avec justice, et il juge avec droiture. Cela signifie-t-il que la véritable « droiture » reflètera la justice de Dieu ?
 
c.      Appliquons cela à une lutte juridique qui se déroule en ce moment aux États-Unis d’Amérique. La Cour suprême des États-Unis a récemment statué sur une affaire dans laquelle un pâtissier chrétien a refusé d’utiliser son talent artistique pour un « mariage » homosexuel. N’importe qui peut acheter n’importe quoi dans sa boutique, il ne crée simplement pas de gâteau pour célébrer des choses qu’il considère comme pas justes. Quelle décision prendrait Dieu en considérant la référence de Psaumes 9.9 (version à la Colombe) ? (La droiture signifie la prise en compte des questions morales.)
 
2.     Lisez Psaumes 9.10 (version à la Colombe) et Psaumes 9.17-19 (version à la Colombe). J’ai entendu dire, à propos de cette série d’études, que Dieu est toujours du côté de l’opprimé. Cela semble être le message de Psaumes 9.10 (version à la Colombe). Appliquons cela à la situation de notre pâtissier. Le couple homosexuel est-il opprimé par le pâtissier chrétien ?
 
a.      Le pâtissier chrétien est-il opprimé par le gouvernement, qui l’a condamné à une amende et a fermé une partie de son commerce parce qu’il a suivi sa conscience chrétienne ?
 
3.     Lisez à nouveau Psaumes 9.17 (version à la Colombe). Quand il est écrit que le méchant est « pris au piège dans l’œuvre de ses mains », qu’est-ce que cela suggère comme résultat de la méchanceté ? (Des problèmes. Être « pris au piège » signifie être pris dans un filet.)
 
a.      Une personne prise dans un filet est-elle oppressée ? (Oui. Nous voyons ici que ce n’est pas simplement parce qu’une personne est « oppressée », que Dieu est de son côté. Nous devons déterminer pourquoi une personne est oppressée.)
 
b.      Pourquoi ce que suggère Psaumes 9.17 (version à la Colombe) est-il la base pour décider de quel « côté » sera Dieu ? (Dieu soutient la justice. La justice a parfois pour conséquence l’oppression du méchant.)
 
4.     Lisez Psaumes 101.1-4. Que ferait le roi David s’il était le pâtissier ? (Ce Psaume de David nous dit que son but est de ne pas « s’attacher » à des choses « mauvaises ». Il s’agit de « l’étalon-or » pour ceux qui ont la foi en Dieu.)
 
II.  La défense de Dieu pour les pauvres
 
1.     Lisez Psaumes 82.1-4. Quel est le problème décrit ici ? (Les « dieux » du peuple défendent l’injustice et sont partiaux envers les méchants.)
 
a.      Que faudrait-il faire à la place ? (Sauver les faibles, les nécessiteux, les pauvres et les opprimés.)
 
b.      Qui cause des problèmes aux nécessiteux et aux pauvres ? (Les méchants.)
 
2.     Lisez Proverbes 22.7-9. Quel est l’ordre naturel des choses ? (Ceux qui empruntent de l’argent sont esclaves de la dette. Les riches règnent sur les pauvres. Si vous êtes injuste, vous ferez face à la calamité. Votre force sera brisée. Si vous êtes généreux/se envers les pauvres, vous serez béni(e).)
 
a.      Quel enseignement général sur la pauvreté et la richesse trouvez-vous dans ces déclarations ? (Dieu règle naturellement ce genre de choses.)
 
3.     Lisez Lévitique 19.15. Quel genre de justice exige Dieu ? (Une justice équitable.)
 
a.      Les pauvres devraient-ils recevoir moins de justice parce qu’ils sont pauvres ?
 
b.      Les riches devraient-ils recevoir moins de justice parce qu’ils sont riches ? (La réponse aux deux questions est négative. Vous ne devez pas être pénalisé(e) parce que vous êtes pauvre ou riche.)
 
c.      Que suggère cela sur Dieu qui soutient les pauvres et les opprimés ? (Cela montre que vous ne pouvez pas faire cette supposition. Dieu est du côté de la justice. Le fait qu’une personne soit pauvre ou riche n’est pas une base de jugement.)
 
4.     Lisez Psaumes 146.1-4. Pourquoi devons-nous nous tourner vers Dieu pour notre défense, plutôt que vers des humains ? (Parmi d’autres raisons, les humains meurent !)
 
a.      Lisez Psaumes 146.6. Pour quelles autres raisons devons-nous nous fier à Dieu ? Non seulement il est si puissant qu’il a tout créé, mais il est fidèle.)
 
5.     Lisez Psaumes 146.7-9. Il y a deux déclarations dans ces versets qui semblent en conflit. Il est écrit que Dieu « relâche les prisonniers » et qu’il « aime les justes ». Libérer des prisonniers pour qu’ils fassent du mal aux autres n’est pas un acte d’amour évident. Comment résolvez-vous ce conflit apparent ? (Cela implique que les prisonniers sont emprisonnés à tort. Dès lors que Dieu « fait dévier la voie des méchants » (verset 9), il laisserait les prisonniers dangereux en prison.)
 
a.      Notez que le verset 7 dit que Dieu donne « du pain aux affamés ». Est-ce que cela nous permet de nous retirer ? (Ne sommes-nous pas partenaires pour faire la volonté de Dieu sur la terre ?)
 
6.     Lisez Proverbes 10.3-5. Que nous dit cela au sujet de Dieu et de la faim ? (Dieu ne laisse pas le juste avoir faim.)
 
a.      Cela signifie-t-il que Dieu laisse ceux qui ne sont pas justes avoir faim ?
 
b.      Quel est le point de vue de Dieu sur l’oisiveté ? (Elle apporte la pauvreté.)
 
c.      Quel est le message général de Proverbes 10.3-5 ? (Si vous êtes diligent(e), vous serez nourri(e) et riche. Si vous êtes paresseux/se, vous serez déshonoré(e) et pauvre.)
 
d.      Revenons à l’idée que Dieu est toujours du côté des gens sans pouvoir. Si vous voyez quelqu’un qui a été déshonoré et qui est pauvre, pouvez-vous automatiquement dire que Dieu a favorisé cette personne ? (Ce texte enseigne exactement le contraire – il est conforme aux règles de Dieu selon lesquelles les personnes paresseuses, qui préfèrent dormir plutôt que de travailler, n’auront pas de succès.)
 
i.       Que doit faire un Chrétien miséricordieux avec une personne paresseuse ? (Il doit l’encourager à travailler et encourager l’utilisation d’un réveil.)
 
e.      Quand Bill Clinton était Président des États-Unis d’Amérique, les Républicains et les Démocrates se sont mis d’accord sur une réforme de l’aide sociale. La réforme a créé une limite à vie de cinq ans pour bénéficier de l’aide sociale, et le nombre de personnes recevant de l’aide sociale a diminué de façon spectaculaire. Qu’est-il arrivé aux pauvres à cause de cela ? Seriez-vous en faveur, ou au contraire contre une limite de temps pour l’aide sociale ? (Après l’adoption de cette réforme, l’emploi des mères les moins qualifiées a bondi, « les taux de pauvreté des enfants noirs et des familles monoparentales ont chuté rapidement à des creux historiques » (Heritage Foundation Backgrounder No. 1620, 6 février 2003). Cela prouve que Dieu croit que le travail est le remède à la pauvreté.)
 
i.       Cette conclusion selon laquelle le travail est le premier remède à la pauvreté est-elle basée sur ce seul verset biblique ? (Non. Les instructions de l’Ancien Testament sur le glanage et la remise des terres vendues à l’occasion du Jubilée visent à aider les pauvres à se nourrir.)
 
f.      Cette semaine j’étais à Taco Bell (un restaurant populaire) et l’une des employées partait avec ses deux fils. J’évite cet établissement parce qu’elle n’a pas les moyens de payer une garderie et qu’elle laisse ses deux fils courir partout. Il ne fait aucun doute que ni la mère ni ses fils ne considèrent cela comme idéal. Elle travaille. Qu’est-ce que la miséricorde ? Qu’est-ce que la justice ici ?
 
III.  Le milieu du chemin
 
1.     Lisez Proverbes 30.7-9. Quel doit être l’objectif de notre vie ?
 
a.      Pourquoi tant la richesse que la pauvreté sont-ils des dangers pour nous ?
 
2.     Cher(ère) ami(e), voulez-vous demander à l’Esprit saint de vous aider à voir les situations qui impliquent la justice et la miséricorde de la façon dont Dieu les voit ?
 
IV.    La semaine prochaine : Le cri des prophètes.
Ils rebâtiront sur d'anciennes ruines

Ils rebâtiront sur d'anciennes ruines

Ce livre suit pas à pas la grande œuvre de Dieu pour la restauration de son peuple, au travers du service de Néhémie, exemplaire pour nous encore aujourd'hui. A la fois pratique et vivant, ce commentaire conviendra à ceux qui cherchent une explication accessible et fidèle de ce texte merveilleux. Ils y trouveront la profondeur d'une approche pastorale riche et ancrée dans le concret de nos besoins.
Méditations sur les livres d'Esdras, Néhémie et Esther

Méditations sur les livres d'Esdras, Néhémie et Esther

Les livres d’Esdras et de Néhémie ouvrent une nouvelle page de l’histoire des voies de Dieu : l’intervention de sa grâce envers un résidu qu’il ramène de la captivité dans le pays. Ces deux livres nous présentent les deux côtés de l’oeuvre de Dieu en bonté. Nous n’y trouvons pas la puissance, mais la grâce — non pas l’institution d’un nouvel état de choses, mais cette grâce de Dieu intervenant pour soutenir un résidu.
Le livre d'Esdras et de Néhémie

Le livre d'Esdras et de Néhémie

Les deux livres d'Esdras et Néhémie sont précieux : ils sont presque nos seuls documents sur la période où le judaïsme s'est construit autour du temple de Jérusalem et de la Loi. Un bibliste lyonnais, Philippe Abadie, spécialiste de cette période, guide le lecteur au milieu des divers documents anciens qui mettent en valeur les deux grands réformateurs : le gouverneur Néhémie et le scribe (prêtre ?)
Reconstruire Sion

Reconstruire Sion

Commentaire biblique traitant chapitre par chapitre les livres de Daniel, Esdras, Néhémie, Aggée, Zacharie et Malachie, appelés livres de l'exil, parce qu'ils datent tous de la période qui a suivi la transportation du peuple à Babylone et la chute de Jérusalem. Dans un style simple, l'auteur fait de nombreuses applications pratiques pour la vie chrétienne d'aujourd'hui, personnelle et collective.
Exposé sur le livre de Néhémie

Exposé sur le livre de Néhémie

La reconstruction de la muraille de Jérusalem et le relèvement du peuple. Après Esdras, Dieu envoie Néhémie pour continuer le travail. Mais il en va du temps d’Esdras et de Néhémie comme de l’histoire de l’Eglise: chaque réveil freine le déclin seulement momentanément.
Un leader selon le coeur de Dieu

Un leader selon le coeur de Dieu

Dans Un leader selon le coeur de Dieu, vous rencontrerez Néhémie, modèle remarquable de leadership que vous pourrez suivre. Chaque homme a reçu de Dieu un formidable appel. Il est un leader ou un leader en devenir – que ce soit sur son lieu de travail, à la maison ou dans la société. Le désir de Dieu est qu’il serve de modèle et soit une source d’inspiration pour les autres.
 

faire un don